U Lamentu d'Ors'Antò [concert conté]

la complainte d'Ours-Antoine, soldat corse à la bataille du Linge (1915)

L'atroce contexte de la guerre est ici traité par un choix esthétique épuré, qui relève de la seule évocation poétique et musicale.


Servi par six musiciens-comédiens professionnels, ce spectacle relatif à l'engagement des soldats corses en
Alsace-Lorraine, lors du premier conflit mondial, propose un programme riche de textes originaux. Au fil d’une histoire écrite par Jean-Jacques ANDREANI, la langue corse et le français dialoguent et s’entrelacent tandis que résonnent des pièces instrumentales et des chansons

provenant du répertoire traditionnel corse

et alsaco-lorrain.

 

Artistes majeurs de la redécouverte et de la transmission des traditions populaires de leur île, les membres du groupe CARAMUSA chantent et mettent leurs voix au service de textes collectés ou originaux.
Sous les doigts de Christophe Tellart, Sébastien Benoit, Jean-Baptiste et

Christian Andreani, les instruments issus des traditions musicales agro-pastorales insulaires évoquent comme nul autre les paysages concrets et rêvés de l’Île de Beauté : la pirula (flûte de berger), la pifana (flûte en corne de chèvre), la caramusa (cornemuse pastorale), la vielle à roue, les percussions et bien sûr la cetera, le cistre corse au timbre si unique… dans le lointain, les sons enregistrés rappellent les bruits de la Nature méditerranéenne, sorte d’hallucinations sonores
dans le silence de mort précédant l’attaque.

Un aspect fort méconnu de notre Histoire, locale et nationale...
Qui racontera la vie de ces jeunes gens? Qui fera entendre à nouveau la nanna ou le lamentu qu'ils ont fredonnés quelques instants peut-être avant d'être anéantis par la folie humaine?


Une belle complicité artistique doublée d’une solide amitié se noue entre les six artistes, au service d’un
travail de mémoire indispensable dans le monde actuel qui semble parfois à nouveau vaciller…

D'après une histoire vraie...

 

Engagé volontaire au 163e Régiment d’Infanterie en mai 1913 à l'âge de 18 ans, le soldat Ors'Anto (Ours'Antoine) Ettori, originaire d'Arbellara, rejoint Nice le 1er octobre 1913. Après la mobilisation générale d’août 1914, il prend part aux premiers combats dans la région de Mulhouse puis intègre le 27e Bataillon des Chasseurs Alpins qu’on envoie participer à la prise du Collet du Linge. Il est porté disparu le 5 août 1915, à l’issue d’une offensive allemande d’une rare violence (40000 obus déversés sur un front de 3km) et d’assauts au cours desquels le sommet du Linge change plusieurs fois de main.


La veille de ce terrible combat, sous la pâle et froide lumière de la lune, dans une montagne si éloignée de celle qui l’a vu grandir, dans une forêt aux arbres inconnus de lui, Ors'Anto repense à son île, ses paysages, sa famille. Par le coeur et l'esprit, il s'adresse à sa mère pour lui faire part de ses espoirs, sa peur, son effroi, son amour... Lentement, il se remémore les moments heureux de son enfance et de son adolescence au village, autant que l’expérience terrible et inhumaine des premiers combats de 1914 et 1915…


Déclaré un temps mort après la bataille, le soldat est pourtant retrouvé grièvement blessé. Puis il rentre, après un long et douloureux séjour à l'hôpital, « gueule cassée » dans son île. De retour au village, il frappe à la porte de la maison familiale. C'est sa mère qui ouvre. Elle ne reconnaît pas son fils...

 

Au soir de sa vie, dans son village perché au-dessus des oliviers, Ours'Antoine Ettori conte son aventure « sur le continent » pour la « Der des Der ». Au fil de diverses séquences il relate la vie de la société insulaire de l'époque, la conscription, le départ, la découverte d'un monde différent en Alsace-Vosges, la veillée qui précède la bataille, les souvenirs heureux, le combat, la mort et la désolation, l'espoir,

l'amour, la paix.

 

Création le 20 juillet 2015 pour les commémorations

officielles du Centenaire de la bataille du Linge

sur le canton de Lapoutroie.

Le Bonhomme, 20 juillet 2015 / Trois-Epis, 22 juillet 2015

- tous publics à partir de 12 ans

- durée : 1h15

- 6 artistes + 1 technicien

- aucune contrainte technique particulière

- pour salle de spectacle, bibliothèque-médiathèque, 

collège, lycée

© 2019 S.B. La Cie des Regains